Comment défendre ses intérêts auprès des fournisseurs de soins de santé?

Vivre avec le diabète de type 1, c’est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Chaque jour, vous devez prendre des décisions concernant les repas, l’exercice, le repos et bien d’autres choses encore. C’est la seule maladie qui nécessite un remplacement manuel quotidien de la fonction d’un organe, ce qui se fait par l’administration d’insuline.

Un aspect souvent négligé de la vie avec le DT1 est la façon dont cela peut mener une personne à se conformer. Apprendre à gérer les injections, les piqûres au doigt, les rendez-vous médicaux fréquents et les interventions (en particulier si vous avez été diagnostiqué enfant et que vos parents posaient des questions aux fournisseurs de soins de santé en votre nom) peut vous empêcher d’exprimer vos besoins tout au long de votre vie en raison de cette conformité apprise. C’est notamment le cas si vous hésitez à exprimer vos besoins à votre équipe soignante, de peur de paraître moins « conforme » à la gestion de votre diabète.

Une communication ouverte sur votre santé est essentielle pour obtenir le traitement dont vous avez besoin. Apprendre les compétences nécessaires à une communication ouverte est essentiel pour défendre vos intérêts auprès de vos fournisseurs de soins de santé et ainsi être en mesure de gérer au mieux votre DT1. Mais il peut être difficile d’apprendre à le faire sans avoir honte ou sans avoir l’impression d’être un « fardeau » pour l’équipe soignante.

Mais si vous ne vous sentez pas à l’aise pour faire part de vos préoccupations à vos fournisseurs de soins de santé, vous risquez de développer des complications du diabète qui ne seront pas traitées, voire pas diagnostiquées. C’est particulièrement vrai pour les personnes atteintes de DT1 et les sentiments de culpabilité, de honte et de détresse qui peuvent accompagner la gestion de la maladie, connus sous le nom de « détresse liée au diabète ».

Une personne atteinte de DT1 peut manger exactement le même repas à la même heure, s’administrer exactement la même quantité d’insuline, faire exactement la même activité, dormir autant et avoir des taux de glycémie extrêmement variables d’un jour à l’autre. De nombreux facteurs se combinent, tels que le stress, les niveaux d’hormones, les maladies potentielles comme un rhume – mais même en sachant cela intellectuellement, cela n’empêche pas nécessairement une personne de se sentir émotionnellement comme si elle « échouait » dans la gestion de son DT1.

En vous préparant avant vos rendez-vous chez le médecin et en vous rappelant que vos besoins sont aussi importants que ceux de tous les autres patients et que votre fournisseur de soins de santé veut le meilleur pour vous, vous serez plus confiant lors de vos rendez-vous et pourrez ainsi défendre vos intérêts.

La formulation de vos besoins peut vous sembler gênante, en particulier si vous avez l’habitude que vos parents le fassent pour vous, ou si vous ne vous sentez pas en droit de prendre trop de temps à votre médecin. En vous entraînant à l’avance, ou même en rédigeant une liste de points à aborder et en l’envoyant à l’avance à votre fournisseur de soins de santé, vous vous sentirez mieux préparé à aborder toutes vos préoccupations lors du rendez-vous.

N’oubliez pas que votre médecin ne peut pas connaître vos besoins si vous ne les lui communiquez pas correctement et en détail. De plus, chaque patient est un individu, et ce qui fonctionne pour une personne atteinte de DT1 peut ne pas fonctionner pour vous. En s’assurant que votre fournisseur de soins dispose de toutes les informations disponibles, il peut mieux adapter un plan de soins à vos besoins.

En apprenant à vous défendre et en étant prêt à avoir des conversations ouvertes, vous créerez une relation plus transparente et plus progressive avec votre fournisseur de soins de santé, ce qui devrait faciliter les discussions futures.

La santé mentale est un autre aspect souvent négligé de la prise en charge du DT1. Outre la gestion physique constante nécessaire pour vivre avec la maladie, le diabète entraîne une charge psychosociale importante et un risque accru de troubles mentaux, notamment d’anxiété, de dépression et de troubles de l’alimentation. Il peut être difficile d’en parler avec votre fournisseur de soins de santé. Malheureusement, bien que nous ayons beaucoup progressé en matière d’ouverture d’esprit sur la santé mentale, il existe toujours une certaine stigmatisation et une certaine honte à l’égard des problèmes de santé mentale. Cependant, on sait que la santé mentale peut avoir une incidence directe sur la glycémie et la prise en charge du DT1.

En apprenant à parler ouvertement de vos besoins physiques avec votre équipe de soins du diabète, il sera idéalement plus facile de discuter de vos problèmes émotionnels et de déterminer si d’autres soins et interventions sont nécessaires.

Quand demander de l’aide

Si la gestion de votre diabète n’est pas satisfaisante, demandez de l’aide. Il se peut que vous ayez besoin d’un changement de traitement ou que des facteurs de stress externes tels que des problèmes liés au travail ou aux relations vous affectent plus que vous ne le pensiez. En vous sentant capable d’avoir des conversations franches et honnêtes avec votre fournisseur de soins de santé, vous serez mieux à même de savoir si un soutien supplémentaire, sous la forme d’un spécialiste de la santé mentale, est nécessaire.

Il peut être utile de prendre du recul pour déterminer quels sont les problèmes et obtenir de l’aide. Parler à d’autres personnes qui comprennent est très important. FRDJ dispose de ressources pour vous mettre en contact avec d’autres membres de la communauté du DT1 ou avec un fournisseur de soins de santé mentale.

En 2021, pour mieux aider à combler certaines des nombreuses lacunes dans le soutien en santé mentale pour les personnes atteintes de diabète, FRDJ Canada a lancé une Stratégie en matière de santé mentale visant à financer la recherche, à former les fournisseurs de soins de santé mentale et à impliquer et éduquer les fournisseurs de soins de santé et la communauté du diabète de type 1 sur la santé mentale.

Le Programme de formation Santé mentale + Diabète, conçu et mis en œuvre par FRDJ Canada en collaboration avec Diabète Canada, vise à aider à combler une lacune dans les systèmes de santé canadiens, de pair avec le Répertoire Santé mentale + Diabète. Le répertoire est conçu comme un outil de connexion permettant aux personnes vivant avec ou touchées par le diabète d’accéder à de l’information sur les fournisseurs de soins de santé mentale agréés qui ont suivi une formation complémentaire pour fournir un soutien en santé mentale spécifique aux réalités de la vie avec le diabète.

Votre santé est importante. Vos besoins sont importants. Un bon fournisseur de soins de santé en est conscient et encourage une communication libre et ouverte. La défense d’intérêts personnels n’est pas linéaire. Certains jours, vous ne vous sentirez pas aussi confiant et vous serez peut-être anxieux avant de consulter votre fournisseur de soins de santé. C’est tout à fait normal. Gardez les lignes de communication ouvertes et rappelez-vous toujours que votre santé est aussi importante que celle de n’importe quelle autre personne ou patient.

Jimmy Garfinkle, membre de l’une des familles fondatrices, partage son héritage de 50 ans avec FRDJ Canada 

Mes parents sont l’une des premières familles à avoir introduit FRDJ au Canada. J’avais 13 ans en 1971 lorsque mon frère David a reçu son diagnostic de diabète de type 1 (DT1), et j’ai reçu mon diagnostic à l’âge de 15 ans. Mes parents estimaient qu’il n’y avait pas assez d’efforts à l’époque dans le domaine de la recherche sur le DT1. Il était même difficile d’obtenir de l’information sur ce qu’était le DT1 – l’encyclopédie l’appelait la « maladie du sucre ». Lorsque mon frère David (en anglais seulement) a reçu son diagnostic, il est allé à l’hôpital et j’ai cru qu’il allait mourir. Il est devenu diabétique fonctionnel et toute la famille l’a soutenu. Ainsi, lorsque j’ai été diagnostiqué, mon DT1 a été détecté très tôt. J’ai pu me diagnostiquer moi-même sur sa bandelette de test urinaire. Je suis allé à l’hôpital où j’ai reçu mon diagnostic officiel, après quoi j’ai commencé mes injections (insuline) immédiatement.

Mes parents ont fait en sorte que nous devions nous débrouiller pour gérer notre diabète au quotidien et vivre notre vie. Nous faisions du sport, du hockey, du soccer, etc. Il n’a jamais été question que nous ne soyons pas aussi actifs que possible, tout en restant très attentifs à notre corps et à la gestion de notre diabète.

Pendant ce temps, nos parents travaillaient en coulisses pour amasser des fonds et sensibiliser le public à la recherche de thérapies de guérison pour le DT1.

Je sais qu’ils n’ont jamais cru que 50 ans plus tard, nous serions encore en train de nous battre pour trouver une thérapie de guérison. La gestion s’est améliorée, la technologie s’est améliorée, mais nous sommes toujours à la recherche de thérapies de guérison.

Gerald Josephson et Mitch Garfinkle ont rencontré des bénévoles de FRDJ à New York, puis ont amené FRDJ à Montréal en 1974, avant que la famille Shiff et les Oelbaums ne l’amènent à Toronto quelques années plus tard. Les premières familles, dont la mienne, étaient toutes intéressées par la thérapie de guérison. L’argent ainsi récolté serait reversé à des laboratoires de recherche pour aider à trouver des thérapies de guérison. Depuis, chaque décennie a vu naître beaucoup d’espoir, beaucoup de progrès, mais il n’y a toujours pas de remède. Pourtant, je crois toujours qu’il y aura une thérapie de guérison pour le diabète un jour. Je sais que ça arrivera.

Pouvez-vous nous raconter à quoi ressemblait la gestion du DT1 il y a 50 ans?

J’ai tout vu depuis le début des années 1970 : injections quotidiennes multiples, action lente, action rapide (insulines), nous pesions les aliments dans les restaurants lorsque nous étions enfants. Nous nous sommes débarrassés des Frosted Flakes et nous avons mangé du Special K, et cela a été une grande contribution en tant que famille. Nous avons tous changé nos régimes et nos habitudes alimentaires. Il y avait très peu de directives officielles à suivre. Il n’était pas facile d’avoir des relations sociales à l’adolescence, mais mes parents insistaient pour que nous ne nous plaignions pas et que nous nous efforcions, de sorte que nous étions ouverts en tant que communauté. Mes amis savaient tous ce que nous savions en tant que diabétiques, ils savaient comment nous aider en cas d’hypoglycémie (baisse du taux de glycémie)< toujours un verre de jus de fruit à proximité.

J’ai été le patient n° 20 avec une pompe (à insuline) à l’âge de 21 ans. J’ai été le premier patient de la Dre Elissa Schiffman de l’Hôpital pour enfants de Montréal. La pompe était épaisse et de la taille d’une tablette, je la portais sous mon chandail, mais il s’agissait d’une perfusion continue. Je me donnais des bolus (insuline à courte durée d’action que l’on prend au moment des repas) avant de manger. Mais cela m’a donné la liberté de gérer mon mode de vie tout en gérant mieux mon diabète. La pompe m’a donné la liberté de manger quand je le souhaitais, ce qui a changé la donne pour moi. Le fait de ne pas avoir à manger tous les jours selon un horaire fixe a fait une énorme différence. C’était un énorme avantage pour moi. J’étais surveillé, mais la pompe agissait essentiellement de la même manière qu’une pompe d’aujourd’hui, juste plus grosse et avec un peu moins de fonctionnalités.

J’avais un système de surveillance du glucose en continu, ce qui représente également un grand changement. Cela permet de savoir où on se situe (taux de glycémie) tout au long de la journée. On sait si notre taux de glycémie va vers le haut, ou vers le bas. On doit quand même s’impliquer et l’observer; on ne peut pas cesser d’y prêter attention. Mais les hyperglycémies et les hypoglycémies sont beaucoup plus faciles à gérer et le SGC permet de vivre avec plus de confiance et rend la gestion beaucoup plus facile.

Mon fils a été diagnostiqué à l’âge de 9 ans et il a aujourd’hui 35 ans. Le diagnostic de mon fils a été l’expérience la plus douloureuse pour moi. Comme mon frère et moi-même, il doit mener une vie aussi normale que possible. Je sais d’où vient son gène, je me sens coupable de ce qu’il doit affronter avec le DT1. Ce que je veux que les gens comprennent, c’est que ce n’est pas seulement le « diabète », ce n’est pas seulement la gestion de la glycémie et de l’insuline. Il s’agit d’une maladie grave, dégénérative, avec un risque de complications importantes. Mais j’ai toujours l’espoir qu’il y aura une thérapie de guérison de mon vivant.

Quelle est l’innovation ou l’avancée de la recherche qui vous a le plus enthousiasmé en tant que personne atteinte de DT1?

Être plus à même de suivre ce qui se passe dans le domaine de la recherche, pouvoir aller en ligne et obtenir de l’information à jour sur les nouvelles approches et la gestion. Mais on peut dire que nous ne sommes pas beaucoup plus avancés. Je suis passé du prélèvement d’urine à l’analyse, puis à la mesure de la glycémie, et on peut s’adapter plus rapidement. Il s’agit toutefois d’ajustements; la maladie reste la même, elle est juste mieux gérée grâce à la technologie.

Je suis un peu frustré car, bien que la réalité de notre situation soit meilleure, je suis impatient. J’espère que la technologie des cellules souches découverte dans les années 90 aura un impact beaucoup plus important. Aujourd’hui, la recherche sur le DT1 a beaucoup évolué vers d’autres domaines, comme la santé mentale, entre autres, ce qui est très bien, mais aucun changement ne m’a aidé personnellement, dans la mesure où j’ai toujours le diabète de type 1.

Nous devons donner de l’espoir aux gens. Aujourd’hui, une personne atteinte de DT1 peut mener une vie tout à fait normale. Grâce à l’évolution de la technologie et de la science, la vie d’une personne avec le diabète sera plus facile et ressemblera davantage à celle des autres personnes en bonne santé.

À quoi ressemblerait un remède pour vous?

Plus de tests, plus besoin d’insuline. Ça, ça me rendrait heureux. J’aimerais me réveiller le matin sans me préoccuper de mon taux de glycémie et sans avoir à me demander si je dois manger ou non, ou si je dois prendre plus ou moins d’insuline.

Pouvoir manger un repas sans calculer les glucides serait une liberté. Le quotidien n’est plus très difficile pour moi, mais je m’inquiète des effets à long terme à mesure que je vieillis. Je ne veux pas m’inquiéter de la longévité ou des complications à long terme. Je veux profiter activement de ma vie comme je l’ai fait jusqu’à présent. Je vis chaque jour comme si je ne savais pas ce que demain me réserve. Nous ne pouvons contrôler que le présent.

Pour la plupart d’entre nous, vivre avec le DT1 n’est pas une si mauvaise chose, nous apprenons à nous débrouiller du mieux que nous pouvons, mais je suis triste lorsque j’entends parler d’autres personnes qui ont été diagnostiquées. Donc, si nous pouvions vacciner, cela m’irait. Je n’aurais pas de remède, mais cela signifierait que personne d’autre n’aurait à vivre avec le DT1.

J’ai eu beaucoup de chance. Je bénéficie d’un soutien formidable de la part de ma femme, de mes enfants et de mes amis. J’aimerais simplement qu’ils me soutiennent pour d’autres raisons que le DT1.

Qu’est-ce que FRDJ signifie pour vous et votre famille?

Dans différentes régions, différentes émotions. L’idée d’une famille de personnes au sein de l’organisation de FRDJ travaillant à un objectif commun, la guérison, est très importante pour moi. Cela a été très émouvant. Les personnes que j’ai rencontrées lorsque j’étais plus jeune m’ont appris que je devais devenir un peu plus responsable et mature en tant qu’adolescent vivant avec le DT1. Ce soutien a été formidable, et je veux faire de même pour les autres. Je ne cherche pas à recevoir de remerciement, je veux simplement pouvoir aider d’autres personnes atteintes de diabète et qui sont à la recherche de thérapies de guérison.

Je veux vraiment, vraiment avoir une vie normale. Pour que je n’aie pas à faire face au diabète. C’est ce que j’espère pour l’avenir. Que ce soit un implant ou une injection, peu importe ce que c’est, je l’accepterai et je redeviendrai qui j’étais avant le diabète. En réalité, je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, mais il est bon d’espérer. L’espoir est puissant. Nous continuerons à nous battre pour trouver des thérapies de guérison!

FRDJ Canada est très reconnaissante à Jimmy Garfinkle pour sa plus récente contribution, qui consiste à égaler les dons de notre campagne Match éclair du printemps en mars, jusqu’à concurrence de 50 000 $, afin de soutenir la recherche sur le DT1.


Donner

Stigmatisation et diabète de type 1

Un aspect souvent sous-estimé de la vie avec une maladie chronique comme le diabète de type 1 (DT1) est la stigmatisation qui peut l’accompagner. En général, la stigmatisation du diabète peut être définie comme une perception négative, un jugement, une discrimination ou un préjugé à l’encontre d’une personne en raison de son diabète. La stigmatisation du DT1 découle en grande partie d’un manque de compréhension de la maladie elle-même et de la croyance que des facteurs liés au mode de vie, tels que le régime alimentaire, le manque d’exercice ou la consommation excessive de sucre, sont « à l’origine » de la maladie. 

Le DT1 est une maladie auto-immune qui ne peut être évitée, mais beaucoup croient encore qu’il suffit de changer ses habitudes pour inverser la tendance ou « guérir » le DT1. Et il peut être épuisant pour une personne atteinte de DT1 de devoir expliquer à plusieurs reprises les mécanismes de sa maladie, ou de subir une attention excessive sur son régime alimentaire, ses habitudes en matière d’exercice physique, son état de santé général et son mode de vie.

À long terme, la stigmatisation et la discrimination liées au diabète peuvent affecter la gestion du DT1 et l’estime de soi, au point de conduire les personnes concernées à dissimuler les signes visibles de leur maladie, par exemple en cachant les dispositifs de traitement du diabète tels que les moniteurs de glycémie avancés ou les pompes, en vérifiant moins souvent leur glycémie ou en s’injectant de l’insuline en privé pour éviter d’être perçues comme des personnes atteintes d’une maladie chronique. Elle peut même amener une personne à éviter de se faire soigner lorsqu’elle en a besoin, ce qui peut entraîner des complications potentielles liées au diabète.

L’expérience de ce type de stigmatisation peut avoir des conséquences à la fois internes et externes. L’absorption des perceptions négatives liées à la stigmatisation du diabète peut entraîner des sentiments de honte, d’échec et de culpabilité. Cela peut avoir un impact sur les relations familiales, le lieu de travail, les relations avec les amis et la santé mentale.

« Parfois, il est difficile de parler ouvertement de mon DT1, car je ne sais jamais quelles idées préconçues ou suppositions les autres peuvent avoir. Plus d’une fois, des gens m’ont demandé : « Devrais-tu manger ça? » ou « Tu devais être en surpoids avant ton diagnostic? ». Ces expériences négatives constituent souvent un obstacle à la divulgation de ma maladie et me font hésiter à partager mon parcours avec le DT1 de peur d’être ridiculisée, ostracisée ou exclue. Mais je fais de mon mieux pour ne pas intérioriser les commentaires ignorants et j’essaie plutôt de les utiliser pour éduquer sur ce qu’est vraiment la vie avec le DT1! » Lauren (29 ans, diagnostiquée à l’âge de 11 ans)

De nombreux adolescents et jeunes adultes atteints de diabète de type 1 ont reconnu avoir été victimes de la stigmatisation du diabète et que cela les avait amenés à prendre moins bien soin de leur santé, selon une étude de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill à Montréal datant de 2019, qui a inclus 380 participants trouvés via les réseaux sociaux de Diabète Canada (qui a également soutenu l’étude), ainsi que des cliniques et des organisations spécialisées dans le diabète à travers le pays.

Au cours de l’étude, 380 participants âgés de 14 à 24 ans ont répondu à une enquête en ligne qui leur demandait s’ils avaient dit à d’autres personnes qu’ils étaient diabétiques et s’ils s’occupaient de leur diabète (ou s’ils se sentaient gênés de le faire) lorsqu’ils étaient avec des amis ou d’autres personnes.

Les deux tiers d’entre eux s’étaient sentis gênés par leur diabète et étaient plus susceptibles de mal contrôler leur glycémie que le tiers des personnes qui n’avaient pas été stigmatisées. Au cours de l’année précédente, ce groupe plus important était également plus susceptible d’avoir connu un ou plusieurs épisodes d’hypoglycémie dangereuse ayant nécessité l’aide d’une autre personne, ou un taux d’A1C supérieur à 9 % (l’A1C est une mesure de la glycémie moyenne au cours des deux ou trois derniers mois; l’objectif pour la plupart des personnes atteintes de diabète est de 7 % ou moins). L’étude, publiée dans le Journal of Medical Internet Research, a également révélé que les sentiments de stigmatisation étaient légèrement plus fréquents chez les femmes (68 %) que chez les hommes (59 %).

« J’ai parfois eu du mal à parler ouvertement de la vie avec le DT1 au travail et à l’école, en raison des nombreuses idées fausses qui circulent sur cette maladie. De nombreux enseignants et collègues ont souvent adopté une approche infantilisante après que je leur ai fait part de mon diagnostic, me disant souvent ce que je devais ou ne devais pas manger et les différentes façons dont je devais vivre ma vie en fonction de leurs idées préconçues sur le DT1. Bien qu’il soit difficile de réagir à ces situations, j’essaie de saisir l’occasion d’éduquer et de ne pas prendre ces commentaires personnellement! » – Alicia (25 ans, diagnostiquée à l’âge de 7 ans)

Contrairement à la plupart des maladies chroniques, le DT1 est presque entièrement autogéré. La détresse liée au diabète, c’est-à-dire les sentiments de frustration, de culpabilité, de honte et d’inquiétude (ce que ressentent certaines personnes atteintes de DT1 lorsqu’elles sont accablées par l’implacabilité du diabète), peut être exacerbée par la stigmatisation externe du diabète. La détresse liée au diabète peut conduire à l’épuisement professionnel et à une réticence à gérer la maladie.

La stigmatisation du diabète peut particulièrement affecter les personnes atteintes de diabète qui ont du mal à maintenir un poids qui leur convient. Blâmer une personne diabétique, notamment en surveillant ou en commentant ce qu’elle mange ou la quantité d’activité qu’elle pratique, peut conduire à des troubles alimentaires ou à une résistance à discuter des changements de régime et des niveaux de glycémie avec les prestataires de soins de santé.

 « Bien que les médecins soient ceux qui devraient vous aider le plus avec votre DT1, ils peuvent souvent vous infliger des reproches et de la honte s’ils n’aiment pas les chiffres qu’ils voient lors de vos rendez-vous ou s’ils pensent que votre taux d’HbA1c/temps dans la cible devrait être plus bas. J’ai lutté contre cela jusqu’à ce que je trouve un endocrinologue plus compréhensif et que je commence à voir un psychothérapeute vivant avec le DT1. J’ai appris que la meilleure façon de combattre ces sentiments est de faire preuve de plus d’auto-compassion et de me rappeler que, quelle que soit l’évolution de mon taux de glycémie, tant que je fais de mon mieux, c’est suffisant! » Lauren (29 ans, diagnostiquée à l’âge de 11 ans)

« Bien que j’aime parler ouvertement du DT1 et des défis qui l’accompagnent, il est parfois difficile d’être vulnérable, car il y a encore beaucoup de désinformation et d’idées fausses sur cette maladie. De nombreuses personnes ont réagi avec stupeur lorsque je leur ai dit que j’étais diabétique, en disant  « mais tu n’es pas grosse! ». Les réponses de ce type perpétuent l’idée erronée de ce à quoi le DT1 est censé ressembler ou de ce à quoi une personne vivant avec le DT1 devrait ressembler. Bien qu’il soit difficile de répondre à ce genre de commentaires, je fais de mon mieux pour ne pas les intérioriser et j’essaie toujours d’adopter une approche empathique et éducative dans ma réponse. Je crois vraiment que la plupart des gens veulent bien faire, mais qu’ils ne connaissent pas toujours les nuances du DT1 ». Alicia (25 ans, diagnostiquée à l’âge de 7 ans)

La façon dont les gens pensent et parlent du DT1, y compris les fournisseurs de soins de santé, les collègues, les proches et les amis, est essentielle pour améliorer les résultats en matière de santé des personnes atteintes de cette maladie et pour réduire les perceptions négatives et les jugements qui l’entourent. Un bon soutien et des personnes prêtes à apprendre et à écouter sont essentiels pour réduire la stigmatisation du diabète et permettre aux personnes de se sentir ouvertes et à l’aise pour parler de ce que c’est que de vivre avec le DT1.

Il peut être utile de trouver une communauté de personnes vivant également avec le DT1. FRDJ Canada offre des liens et du soutien par l’entremise de son programme de bénévolat et d’engagement communautaire. Apprenez-en davantage sur les ressources communautaires et les possibilités de bénévolat qui relient la communauté du DT1.

Et surtout, il n’y a pas de honte à avoir le diabète de type 1. Vous devrez peut-être vous préparer à éduquer les autres ou à corriger des idées fausses. Mais soyez fiers de ce que vous êtes et reconnaissez chaque jour que vous faites de votre mieux, et c’est tout ce que l’on peut vous demander.

Ressources supplémentaires :
https://enddiabetesstigma.org/ < En anglais seulement >
https://frdj.ca/vivre-avec-le-dt1/sante-mentale-et-le-diabete-de-type-1/
https://formation.frdj.ca

Le diabète de type 1 et les troubles de l’alimentation : Un nouveau rapport britannique met en évidence les besoins non satisfaits

Les personnes vivant avec le diabète de type 1 (DT1) sont plus susceptibles d’être confrontées à des problèmes de santé mentale que les personnes non diabétiques. Il s’agit notamment des troubles de l’alimentation : les personnes atteintes de DT1 sont 3 à 4 fois plus susceptibles de souffrir de ces troubles.

Les troubles de l’alimentation comprennent l’anorexie, la boulimie, l’hyperphagie et l’omission ou la restriction d’insuline pour perdre du poids, communément appelée « diaboulimie ». Les troubles de l’alimentation sont graves pour tout individu, mais ils sont particulièrement dangereux pour les personnes vivant avec le DT1. En particulier, l’omission d’insuline peut induire une hyperglycémie ou une acidocétose diabétique (ACD) (taux de glucose sanguin dangereusement élevé), ce qui peut être très dangereux, entraînant dans certains cas des complications graves liées au diabète, le coma ou la mort.

La relation étroite et la surveillance stricte de l’alimentation, comme le comptage des glucides, nécessaires dans le cadre de la prise en charge du DT1, peuvent provoquer un stress susceptible d’accroître la tendance à développer des troubles de l’alimentation chez les personnes atteintes de DT1. En outre, les traitements existants pour les troubles de l’alimentation peuvent ne pas être idéalement adaptés aux personnes vivant avec le DT1, car il existe de nombreuses considérations particulières, telles que le fait que le début ou la modification d’un traitement à l’insuline peut entraîner une prise de poids. De plus, les personnes atteintes de DT1 courent un plus grand risque de souffrir de dépression, d’anxiété et de détresse liée au diabète – un état clinique qui fait référence aux émotions négatives qui accompagnent le fardeau de l’autogestion du diabète. Bien que près d’un enfant sur cinq atteint de DT1 présente des signes de troubles alimentaires, ceux-ci passent souvent inaperçus.

Le 23 janvier 2024, un rapport d’enquête parlementaire a été publié au Royaume-Uni sur les risques des troubles alimentaires du diabète de type 1 (DT1E), sous la présidence de l’ambassadrice de la santé mondiale, la très honorable Theresa May, et du très honorable Sir George Howarth, qui ont tous deux un lien personnel avec le DT1.

L’enquête parlementaire, financée avec le soutien de JDRF International a identifié plusieurs lacunes et obstacles systémiques qui empêchent de fournir un soutien et des soins efficaces aux personnes atteintes de troubles alimentaires spécifiques au diabète de type 1 (DT1E). Il s’agit notamment des lacunes dans les critères de diagnostic et la terminologie du DT1E, de l’effet de la stigmatisation, de la recherche et des preuves limitées dans ce domaine, du manque de connaissances et de formation des professionnels de la santé, et du manque de financement et d’accès aux fournisseurs de soins de santé mentale et aux services de soutien aux troubles alimentaires. Il est clair que de nombreux domaines doivent être abordés pour améliorer l’expérience des personnes touchées par le DT1E.

Le rapport conclut clairement à la nécessité d’intégrer le soutien à la santé mentale dans les soins du diabète, en recommandant d’introduire des contrôles de la santé mentale en même temps que les contrôles de la santé physique et le dépistage lors des rendez-vous annuels de soins du diabète, et de former les fournisseurs de soins de santé mentale au diabète et au DT1E. Les personnes vivant avec un DT1E reçoivent souvent des messages et des conseils contradictoires de la part de différents fournisseurs de soins, avec des plans de soins contradictoires. Cette dernière constatation suggère la nécessité d’améliorer la communication, la collaboration et l’intégration des différents services de santé au sein des systèmes de santé.

Sara, qui vit avec le diabète de type 1 et un DT1E, a fait part de son expérience dans le rapport d’enquête parlementaire :

« On m’a diagnostiqué le diabète de type 1 à l’âge de trois ans, en 1990, et je n’ai bénéficié d’aucun soutien psychologique au cours de ces 32 années. Les attentes des autres quant à la manière dont j’étais censé contrôler mon diabète étaient si élevées qu’elles étaient irréalisables et irréalistes. Je ne pouvais pas atteindre la perfection, alors la seule chose que je pensais pouvoir faire était d’être incontrôlée, alors j’ai développé un trouble de l’alimentation et c’est devenu un mécanisme d’adaptation. Mes premiers signes de DT1E sont apparus en deuxième année du secondaire, lorsque j’ai commencé à omettre l’insuline, et les choses ont empiré après avoir quitté les soins pédiatriques, car je luttais contre la boulimie jusqu’à quatre fois par jour. Je cachais ce que je ressentais, mais sous mon sourire, je me détestais, je détestais mon corps et je détestais le stress que mon diabète de type 1 causait à mes proches. En renonçant à l’insuline, je pouvais endormir l’épuisement incessant que la gestion du diabète de type 1 entraînait. Je pouvais aussi manger tout ce que je voulais et, sans prendre d’insuline, je perdais du poids au lieu d’en prendre. »


Comme la recherche est insuffisante dans ce domaine, JDRF International a identifié le DT1 et les troubles de l’alimentation comme une priorité clé et finance actuellement trois projets à cet effet. Ces projets exploreront des interventions innovantes, en testant l’efficacité d’une thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) délivrée via une application mobile, un guide pour les fournisseurs de soins de santé afin de détecter les signes d’alerte des troubles alimentaires, et un programme virtuel de prévention des troubles alimentaires. Cette recherche permettra de réduire les lacunes en matière de preuves et d’interventions pour les personnes touchées par un DT1E.

Que pouvons-nous apprendre de ce rapport?

  • Il est nécessaire d’investir davantage dans la recherche sur le DT1 et les troubles de l’alimentation afin de mettre au point des pratiques optimales fondées sur des données probantes.
  • Les données probantes doivent être intégrées dans la pratique – cela signifie qu’il faut former nos équipes de santé à reconnaître les signes précoces du DT1E et à explorer les initiatives de prévention.
  • Il est possible de renforcer la collaboration et la communication entre les fournisseurs de soins de santé et les équipes soignantes afin d’améliorer les soins aux patients.
  • Le financement de la santé mentale est cruellement nécessaire pour permettre aux personnes vivant avec le DT1 d’avoir un meilleur accès aux traitements de santé mentale.
  • Il convient de sensibiliser davantage au DT1E et à la stigmatisation du diabète et des troubles de l’alimentation.

Qu’est-ce que cela signifie pour les Canadiens et Canadiennes atteint(e)s de DT1?

Depuis que FRDJ Canada a lancé sa Stratégie en matière de santé mentale à la fin de 2021, nous nous efforçons de combler les lacunes en matière de santé mentale et de DT1 en créant le Programme de formation Santé mentale + Diabète afin de former les fournisseurs de soins de santé mentale à mieux comprendre le diabète et à reconnaître la nécessité de soutenir davantage les troubles de l’alimentation dans ce domaine. Fin 2023, nous avons organisé un webinaire avec le National Eating Disorder Information Centre (NEDIC) pour présenter ce sujet important aux professionnels de la santé.

Le rapport parlementaire reconnaît le rôle important que le soutien par les pairs peut jouer dans le traitement et le rétablissement du DT1E, et « recommande la disponibilité d’un soutien par les pairs modéré en personne et en ligne ». FRDJ Canada finance actuellement la recherche en santé mentale et certaines études portent sur les années vulnérables de la transition entre les soins pédiatriques et les soins aux adultes. Ces projets de recherche explorent le soutien par les pairs en tant que mécanisme permettant de réduire le sentiment d’isolement qui découle souvent de la vie avec une maladie chronique, et d’étudier l’impact que cela peut avoir sur la santé mentale et la détresse liée au diabète. Le risque de développer des troubles de l’alimentation étant particulièrement élevé à l’adolescence, il est essentiel de pouvoir compter sur un soutien émotionnel et social positif pendant cette période.

Si vous vivez avec le DT1, ou si un de vos proches en est atteint, et que vous êtes aux prises avec des troubles de l’alimentation ou que vous limitez votre consommation d’insuline pour contrôler votre poids, sachez que vous n’êtes pas seul et adressez-vous à votre équipe de soins du diabète ou à une autre personne en qui vous avez confiance. De l’aide est disponible. Trouver un fournisseur de soins de santé mentale qui connaît bien le diabète peut également aider.

Soutien et ressources


Joanna et l’importance de la mise en forme

Bonjour, je m’appelle Joanna! Je suis née et j’ai grandi à Ottawa, mais c’est à Toronto que je vis aujourd’hui. Je suis passionnée par la santé et la mise en forme, les relations publiques et la communication, et tout ce qui touche à la nourriture, les voyages et la famille!

Quand avez-vous reçu votre diagnostic de diabète de type 1? Pouvez-vous nous parler un peu de ce qui s’est passé?

Le 16 mars 1998, je me souviens très bien d’avoir regardé mes bras meurtris où deux intraveineuses s’écoulaient dans mes veines pour ramener mon taux de glycémie dans une fourchette normale. Les machines situées à proximité émettaient des bips incessants. Les médecins et les infirmières se sont rassemblés autour de moi. Après des vacances en famille, j’ai été transportée d’urgence aux urgences de l’hôpital, où l’on m’a immédiatement diagnostiqué le diabète de type 1 (DT1). On m’a également dit que nous avions de la chance d’être venus au moment où nous l’avons fait. Ce moment restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Au cours de la semaine suivante, l’hôpital est devenu ma maison – ainsi que celle de ma famille – où nous avons appris à gérer ma maladie nouvellement diagnostiquée. Ces premiers jours ont jeté les bases de mon parcours avec le DT1, m’apprenant que si le diabète fait partie de moi, il ne me définit pas.

Quel est l’impact de la mise en forme sur votre gestion quotidienne?

Le fait d’être active et d’intégrer la mise en forme dans ma vie a changé la donne pour la prise en charge globale de mon DT1. La routine de l’exercice – la planification, l’engagement, le suivi – renforce ma détermination à gérer mon DT1 avec intention. À chaque mouvement, je renforce les habitudes qui me permettent de rester sur la bonne voie : surveiller mes taux sanguins, ajuster l’insuline, faire attention à ce que je mange.

Mais c’est plus que cela. Il s’agit des matins où je me réveille en me sentant inarrêtable et des soirs où je me couche en sachant que j’ai fait quelque chose de bien pour moi. Ce sentiment positif se répercute dans d’autres domaines de ma vie, faisant de moi une personne plus concentrée et plus présente. D’une certaine manière, la gestion du DT1 à l’aide de la mise en forme est l’une des meilleures façons de prendre soin de moi.

Pouvez-vous nous dire ce qui a eu le plus d’impact sur votre gestion quotidienne?

Honnêtement, ma gestion quotidienne s’est beaucoup améliorée lorsque j’ai commencé à utiliser un système de surveillance du glucose en continu. Je peux voir ce qui se passe avec ma glycémie en temps réel, et cela signifie que je peux vivre ma vie avec beaucoup moins de stress à propos de mon diabète. Je suis à jamais reconnaissante des progrès de la technologie de traitement du diabète, qui a beaucoup évolué depuis mon diagnostic.

(Pour en savoir plus sur le programme de défense d’intérêts de FRDJ visant à garantir l’accès universel aux dispositifs de traitement du diabète tels que les glucomètres avancés, visitez https://www.frdj.ca/defense-dinterets/accespourtous/).

Pourquoi le soutien à la communauté du DT1 est-il si important pour vous?

Il y a quelque chose de profondément humain dans le fait de faire partie de la communauté du DT1. C’est un lieu de courage, de résilience et de compréhension tacite du fait que nous sommes tous dans le même bateau. Vivre avec le DT1 peut être source d’isolement, comme je l’ai rapidement appris après mon diagnostic. Dès que j’ai trouvé un système de soutien, ma vie et ma vision de la vie avec le DT1 ont complètement changé. C’est une communauté de cœurs et de mains prêts à vous attraper, à vous relever et à faire la fête avec vous. C’est ce que signifie faire partie de la tribu du DT1 et je veux rendre à cette incroyable communauté tout ce que je peux.

Y a-t-il autre chose que vous aimeriez partager avec la communauté de FRDJ?

En fin de compte, le DT1 a été mon plus grand professeur dans la vie. Vivre avec cette maladie chronique depuis 26 ans m’a appris à écouter mon corps mieux que jamais, m’a encouragé à être patiente, surtout lors des jours plus difficiles, et m’a prouvé que je suis forte et que je peux tout conquérir, même lorsque les gens ont douté de moi. J’ai participé à plusieurs triathlons et courses cyclistes, j’ai voyagé en solo à l’étranger à de nombreuses reprises et j’ai vécu et travaillé à l’étranger. La réalisation de ces objectifs, et de bien d’autres encore, a prouvé que rien n’est impossible.

Mon conseil à ceux qui vivent avec le DT1 : Votre DT1 a façonné votre vie et a inévitablement développé votre résilience, votre sens de l’indépendance et votre confiance en vous. Ne la laissez pas vous empêcher de vivre votre vie comme vous l’entendez. Avec la bonne attitude, vous pouvez conquérir tout ce que vous voulez.

Vous pouvez suivre Joanna sur sa page Instagram ici : https://www.instagram.com/joannamariefit/

Pour en savoir plus sur les services de soutien de FRDJ visant à relier la communauté du DT1 : https://www.frdj.ca/soutien

FRDJ Canada annonce les nouveaux projets soutenus par le Programme de subventions communautaires pour la santé mentale et le DT1

Les personnes qui vivent avec le diabète courent un risque accru de troubles mentaux tels que l’anxiété, la dépression, les troubles de l’alimentation et la détresse liée au diabète (les sentiments de stress, de culpabilité et d’accablement qui peuvent résulter de la gestion du diabète). Les besoins en matière de santé mentale sont divers au sein de la communauté des personnes atteintes de diabète de type 1 (DT1) au Canada, et un thème commun parmi les membres est la nécessité d’un plus grand soutien en matière de santé mentale. Ces besoins sont très variés, allant de la gestion du sentiment d’accablement lors d’un nouveau diagnostic à la lutte contre la solitude et l’isolement qui peuvent résulter du fait de vivre avec une maladie chronique pendant des années et d’avoir l’impression que personne ne comprend.

Dans le cadre de la Stratégie de santé mentale de FRDJ Canada pour le DT1 lancée en 2021 et en tant que pilier de collecte de fonds clé de la Campagne pour accélérer de 100 millions $, nous avons ouvert en mai 2023 le Programme de subventions communautaires pour la santé mentale et le DT1 de FRDJ Canada comme nouvelle possibilité de financement. Cette initiative d’incubateur est conçue pour fournir un financement de démarrage aux organisations prêtes à transformer des idées novatrices en projets fructueux pour soutenir la santé mentale et le bien-être de la communauté du DT1.

Nous avons reçu un grand nombre d’excellentes demandes et nous sommes reconnaissants à notre comité d’évaluation diversifié, composé de Canadiens ayant une expérience vécue et/ou professionnelle du DT1, qui nous a aidés à choisir les projets à financer. Ces projets, d’une valeur maximale de 20 000 dollars chacun, se dérouleront sur une période de 18 mois. Chacun d’entre eux est unique et offre des moyens créatifs et interactifs d’améliorer le bien-être mental au sein de la communauté des personnes atteintes de DT1.

Les partenariats sont un élément crucial de la Stratégie de santé mentale de FRDJ Canada, et nous sommes fiers de nous associer à une variété d’organismes partout au Canada pour soutenir ces nouveaux projets communautaires et accroître la capacité et la diversité des soutiens à la santé mentale et au bien-être dans la communauté des personnes atteintes du DT1.

« Le bien-être mental est essentiel pour bien vivre avec le DT1, mais notre communauté nous répète sans cesse qu’il n’y a tout simplement pas assez de soutien pour la santé mentale et le diabète, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du système de soins de santé », déclare Jessica Diniz, présidente et cheffe de la direction de FRDJ Canada. « Chacun de ces nouveaux projets importants est un exemple éclatant du soutien dont a besoin la communauté des personnes atteintes de DT1, et nous sommes ravis de les soutenir dans le cadre de l’objectif de FRDJ Canada qui consiste à fournir à un plus grand nombre de personnes le soutien dont elles ont besoin pour améliorer leur santé mentale et leur bien-être. En travaillant en partenariat avec d’autres organisations partageant les mêmes idées, nous pouvons réduire les doublons et obtenir davantage pour la communauté du DT1 ».

Combler le fossé : Intégration de la santé mentale dans le programme Slipstream de 2024

Connected in Motion (ON)

Un camp pour adultes atteints de diabète, bien établi et respecté, ajoutera un programme de santé mentale à son offre traditionnelle de fins de semaine d’activités de plein air et d’ateliers sur la vie adulte avec le DT1, qui se tient à différents endroits au Canada. Le projet créera des ateliers dirigés par des experts ainsi que des outils et des ressources pour les participants. Les ateliers et les ressources couvriront une série de sujets pertinents pour les adultes vivant avec le DT1, y compris l’image corporelle, le vieillissement et les impacts de la maladie sur les relations et la dynamique familiale.

CuriosiT1D: Se poser des questions sur le diabète et la santé mentale

Edmonton Diabetes & High Risk Foot Clinic en partenariat avec Pineapple Therapy (AB)

Ce projet vise à élaborer un cours de psychoéducation de 8 semaines pour enseigner aux personnes vivant avec le DT1 l’interaction entre leur maladie et leur bien-être mental. Ce cours à son rythme est basé sur les pratiques de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT). Les participants développeront des compétences pour accroître leur résilience, réduire leur anxiété et mieux gérer leur état de santé en faisant preuve d’autocompassion.

OUVERT – D : Plateforme d’accueil pour l’éducation des nouveaux patients atteints de diabète

L’Université McGill en partenariat avec GoldBug Interactive (QC)

Création d’un webcomic bilingue (français/anglais) pour les enfants nouvellement diagnostiqués, conçu pour être une ressource intéressante pour les enfants âgés de 7 à 12 ans qui s’adaptent à la vie avec le DT1. Le webcomic abordera des sujets tels que la gestion de la routine des soins du diabète, le fait de parler de son diabète avec ses camarades de classe, et montrera également des techniques d’adaptation saines pour gérer les « grands sentiments »  qui accompagnent le DT1.

« Bien dans ma tête et mon diabète »​

Université de Montréal (QC)​

Ce projet produira une collection de vidéos françaises de format court pour Youtube, Instagram et Tiktok qui combattent la stigmatisation autour de la santé mentale et du DT1 tout en partageant des informations et des ressources fiables pour ceux qui gèrent leur propre santé. Les vidéos seront vérifiées par des experts (professionnels de la santé mentale, médecins et personnes vivant avec le DT1) afin d’éviter la désinformation ou les préjugés que l’on retrouve souvent dans des formats similaires.

Renforcer la résilience des familles vivant avec le DT1 grâce au programme de santé mentale

Centre de santé communautaire de Langs (ON)

Un centre de santé communautaire sera mis en place pour inclure une variété de programmes en personne afin de répondre aux besoins psychosociaux d’un récent afflux de personnes atteintes de DT1 dont ils s’occupent.  Le projet élargira son programme d’éducation sur le diabète pour y inclure un soutien à la santé mentale et au bien-être par le biais d’ateliers éducatifs, d’un soutien entre pairs et d’activités de groupe animées pour favoriser l’auto-efficacité pour les préadolescents jusqu’à l’âge adulte.

Si vous souhaitez savoir comment soutenir ces projets ou la Stratégie en matière de santé mentale de FRDJ Canada, veuillez communiquer avec Jen Bavli à l’adresse jbavli@jdrf.ca.

Pour toute question concernant le Programme de subventions communautaires pour la santé mentale et le DT1, veuillez contacter grants@jdrf.ca.

En savoir plus sur notre Stratégie en matière de santé mentale et sur les projets de recherche en matière de santé mentale.

Bilan de l’année 2023

Si 2022 a été une année d’espoir, 2023 a été une année où cet espoir s’est transformé en progrès. Et grâce au soutien de notre incroyable communauté de donateurs, de bénévoles et de sympathisants, nous avons connu des progrès significatifs dans tous les domaines de la recherche sur le diabète de type 1 (DT1) et nous avons noué des relations encore plus étroites avec l’extraordinaire communauté du DT1.    

Grâce à la générosité de ses donateurs, FRDJ Canada a connu une autre année transformatrice, consacrant des sommes importantes à la recherche, renforçant ses partenariats avec le milieu universitaire, continuant à soutenir les familles nouvellement diagnostiquées, sans perdre de vue son objectif de trouver des thérapies de guérison pour le DT1 tout en améliorant la vie des personnes touchées par la maladie aujourd’hui.

Les points saillants de l’année écoulée incluent :

Points saillants de la recherche sur le DT1

Dans la thérapie de remplacement cellulaire :

Dans les thérapies modificatrices de la maladie :

Dans les traitements pour améliorer des vies :

  • L’annonce par le Partenariat pour vaincre le diabète FRDJ-IRSC de 4 nouvelles subventions en médecine de précision, dont le bit est d’offrir le bon traitement à la bonne personne, au bon moment.
  • Financement de programmes visant à améliorer les soins de santé mentale et les résultats pour les personnes atteintes de DT1, y compris les subventions pour la santé mentale des IRSC et de FRDJ

Dans le dépistage :

  • En collaboration avec les IRSC, FRDJ a annoncé la création de CanScreen, un nouveau consortium canadien pour le dépistage du DT1 dirigé par la Dre Diane Wherrett
  • FRDJ continue à aider à permettre le dépistage des proches des personnes atteintes de DT1 au Sick Kids Hospital par l’entremise de TrialNet

Dans les essais cliniques :

  • Une attention renouvelée à la sensibilisation à l’importance des essais cliniques pour faire avancer la recherche critique sur le DT1, par le biais d’une campagne dans les médias sociaux et d’une nouvelle page web
  • Un nouvel outil pour faciliter et simplifier la recherche d’essais cliniques sur le DT1 au Canada, dont le lancement est prévu au début 2024

Pour en savoir plus sur les mises à jour de la recherche, veuillez visiter www.frdj.ca/blogue.

2023 a vraiment été une année de progrès et d’élan incroyables, tant pour la recherche sur le diabète de type 1 que pour FRDJ. Alors que nous entamons 2024 et le 50e anniversaire de FRDJ Canada, nous réfléchissons au fait que rien de tout cela ne serait possible sans le soutien de nos donateurs, de nos bénévoles et de l’incroyable communauté du DT1. Merci! Nous croyons sincèrement qu’un monde sans DT1 est plus proche que jamais.

Un héritage marquant: Dave Prowten dit au revoir à FRDJ

Chers amis, 

Au moment où j’écris ces lignes, mon cœur déborde de gratitude. Aujourd’hui, je prends ma retraite de FRDJ et ce fut un honneur et un privilège incroyables d’en être le président et le chef de la direction pendant plus de 10 ans. J’ai la chance d’avoir rencontré tant de personnes fantastiques au sein de la communauté du diabète de type 1 – votre passion, votre engagement et votre persévérance, chaque jour, sont une source d’inspiration. Merci! 

J’ai beaucoup de bons souvenirs, et l’un d’entre eux est celui d’un événement organisé à Ottawa dans le cadre de l’événement Les enfants pour une guérison. Je me souviens que nous avons offert aux enfants un chandail de hockey de FRDJ pour qu’ils le portent lors de leurs réunions. Lorsque j’ai endossé le mien, je me suis senti très fier. J’étais fier de faire partie d’une équipe gagnante – une équipe qui s’efforce chaque jour d’améliorer la vie de tous les membres de la famille du DT1. Et bien sûr, voir tous ces incroyables jeunes champions raconter leur histoire aux députés et aux sénateurs fut UNIQUE!  

Un autre événement marquant s’est produit au cours de mes premiers mois chez FRDJ. Nous avions une entrevue dans une émission matinale sur les ondes de la télévision nationale pendant le Mois de sensibilisation au diabète, et nous allions parler des nombreux progrès qui ont été réalisés.  

Nous avions apporté toutes sortes d’objets – des aiguilles massives aux pompes et moniteurs les plus récents. Pour moi, c’était tout nouveau et je m’étais beaucoup préparé pour faire de mon mieux pour tout expliquer. J’étais accompagné d’un jeune garçon nommé Anwar – l’un des enfants les plus gentils et les plus mignons que j’aie jamais rencontrés. Après l’entrevue, un bon ami à moi qui travaillait à la chaîne de télévision est venu me voir et m’a dit que je m’étais bien débrouillé. Puis il s’est arrêté, m’a regardé dans les yeux et m’a dit : « Mais Anwar a volé la vedette! »  Cela m’a fait réaliser l’importance et l’impact du partage de vos histoires personnelles pour donner vie à cette maladie implacable et que notre capacité à travailler en équipe nous rend imbattables. 

J’ai souvent utilisé le mot « élan » avec notre équipe. Je pense qu’il est important de créer et de maintenir une dynamique en tant qu’organisation, et cela peut se faire de nombreuses façons – percées dans la recherche, succès dans la collecte de fonds, victoires auprès des gouvernements. En tant qu’équipe d’employés et de bénévoles, notre élan est comparable à une boule de neige qui commence à dévaler une colline, devenant de plus en plus rapide et de plus en plus grande. Au cours de mon mandat, alors que plusieurs domaines ont connu un formidable élan, je suis très enthousiaste quant aux progrès que nous avons réalisés dans le domaine de la recherche. Je me souviens que le premier essai de thérapie cellulaire a été annoncé par ViaCyte il y a plusieurs années. Aujourd’hui, il y a tant d’essais et d’entreprises impliquées, et bien sûr, d’incroyables chercheurs canadiens continuent d’apporter des contributions mondiales dans ce domaine. Avec l’approbation par la FDA d’une thérapie modificatrice de la maladie, comme le TZield, qui peut retarder l’apparition du DT1, j’ai plus d’espoir que jamais que la prochaine génération de traitements, qui ira au-delà de l’insuline et permettra aux personnes de se libérer du DT1, est incroyablement proche.  

Je dois remercier de nombreuses personnes formidables qui ont fait de ces dix années la partie la plus gratifiante et la plus épanouissante de ma carrière. Merci à la formidable équipe de FRDJ, au Canada et dans le monde, qui s’investit chaque jour pour faire la différence; à nos bénévoles qui multiplient nos efforts et sont notre arme secrète; à notre conseil d’administration pour son leadership, ses conseils et sa confiance. Nos donateurs sont incroyables et alimentent la meilleure recherche au Canada et dans le monde entier. À nos partenaires, merci pour votre collaboration, car l’amélioration des conditions de vie et la découverte de traitements exigent que nous travaillions tous en harmonie. Il ne fait aucun doute qu’ensemble, nous sommes plus forts et plus influents! 

Au moment de partir, je tiens à souhaiter à Jessica Diniz un immense succès à l’occasion de la passation officielle du flambeau. Tu seras une formidable leader! 

Permettez-moi donc de conclure là où j’ai commencé. Merci de m’avoir permis de faire partie de cette incroyable équipe de FRDJ et de la communauté du DT1. Vous m’inspirez, et je sais que nous sommes sur la bonne voie pour mettre un point final au diabète de type 1. 

Guide de cadeaux du temps des Fêtes pour les personnes atteintes de diabète de type 1

Le temps des Fêtes approche à grands pas, et vous êtes probablement en train de dresser vos listes pour choisir les cadeaux parfaits pour les personnes de votre entourage. Pourquoi ne pas laisser FRDJ vous aider dans vos achats?

Nous avons rassemblé un guide de cadeaux avec quelques idées créatives pour vos proches vivant avec le diabète de type 1 (DT1) – mais qui peuvent tout autant convenir à n’importe qui sur votre liste. Que vous optiez pour un cadeau simple ou compliqué, fait maison, provenant d’un magasin ou d’une carte cadeau, les cadeaux choisis avec réflexion seront toujours reçus avec gratitude.

Pour la personne qui aime se détendre

Crèmes luxueuses pour la peau

Avec le froid de l’hiver vient la peau sèche, ce qui peut être un défi particulier pour les personnes atteintes de DT1. La surveillance du glucose est également meilleure lorsque la peau est bien hydratée. Il existe un grand nombre de marques et de parfums différents, ce qui permet d’offrir un cadeau à la fois pratique et luxueux.

Chaussettes et pantoufles amusantes et douillettes

Les pieds fatigués et douloureux sont inconfortables pour tout le monde, mais surtout pour les personnes atteintes du DT1. Les chaussettes de compression peuvent aider à lutter contre la fatigue et les douleurs nerveuses des pieds. Des chaussettes antidérapantes, sans couture et qui évacuent l’humidité, ou une paire de pantoufles amusantes (assurez-vous qu’elles ont une bonne semelle, puis un bout et un dos fermés pour éviter de glisser) peuvent soulager les sols froids redoutés de l’hiver. De plus, il n’y a rien de mieux que de se sentir bien au chaud et à l’aise.

Bombes et huiles de bain

Transformez une douche ou un bain en un spa. Aidez à soulager la peau sèche avec des huiles ou des bombes de bain. Il y a tellement de parfums parmi lesquels vous pouvez choisir que vous êtes sûr d’en trouver un qui plaira même aux personnes les plus sélectives.

Pour la personne pratique de votre vie

Il est difficile de se tromper avec des cadeaux qui embellissent un espace de vie. Les plantes faciles à entretenir, comme les cactus ou les plantes serpentines, peuvent apporter confort et décoration tout en ne nécessitant pas beaucoup d’entretien.

Chandails, couvertures, tuques et mitaines – nous en avons tous besoin en hiver au Canada, et ils offrent chaleur et fonctionnalité.

Il peut s’agir d’un petit appareil qu’ils souhaitaient – une friteuse pour préparer des versions plus saines des aliments frits, un nouveau téléphone pour mieux suivre les taux de glycémie, ou un nouveau jeu de société ou vidéo.

Pour les amateurs de fitness

Abonnements à des exercices en ligne

Amenez la salle de sport à domicile en offrant à votre ami ou à votre proche un abonnement à des cours d’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT), de yoga, de Pilates ou de Peleton. Avec le nombre important de personnes qui se tournent vers l’entraînement à domicile, il existe un monde de choix virtuels à portée de main.

Une montre FitBit ou Apple

Les moniteurs d’entraînements permettent de suivre plus facilement les calories brûlées, l’intensité de l’entraînement, etc., afin de mieux évaluer la quantité de nourriture et d’insuline dont ils pourraient avoir besoin avant et après.

Équipement d’exercice à domicile

Des poids libres, des bandes d’exercice, des tapis de yoga et même des vêtements d’entraînement. Envisagez une carte cadeau ou achetez l’équipement qu’ils utiliseront pour rester en forme tout au long de l’hiver et de la nouvelle année.

Pour l’artiste

Peinture ou coloriage par numéros

Une bonne façon d’être créatif tout en pratiquant des activités antistress est d’utiliser un ensemble de peinture ou de coloriage par numéros. Cela peut être apaisant et médiateur, puis à la fin vous obtenez une belle œuvre d’art.

Journal intime

Si vous avez un écrivain dans votre famille, il appréciera peut-être un journal ou un agenda personnalisé, qu’il pourra utiliser pour suivre les taux de glycémie, l’alimentation et l’exercice physique, tout comme son état d’esprit du jour. Mais cela peut aussi être l’occasion d’être créatif, d’écrire des histoires courtes, des poèmes ou simplement de gribouiller. Assurez-vous qu’ils savent que c’est totalement privé et qu’ils ne peuvent le partager que s’ils le souhaitent.

Pour les amateurs de mode

Des sacs de fournitures pour diabétiques excentriques et élégants

Lorsque l’on est atteint du DT1, on doit transporter des fournitures avec soi, alors pourquoi ne pas le faire de manière amusante ? Ces accessoires à la mode sont souvent conçus par des personnes atteintes de diabète, ce qui est gagnant-gagnant.

Offrir le cadeau de la philanthropie

Peut-être que votre famille n’échange pas de cadeaux pendant le temps des Fêtes. Ou peut-être que vous êtes à la recherche du cadeau idéal pour un collègue. Faire un don à un organisme de bienfaisance, notamment à FRDJ, vous permettra de vous sentir bien tout en faisant bien. Le don de la philanthropie va loin et le soutien de FRDJ aidera les près de 300 000 Canadiens atteints de DT1 – et leurs proches – à vivre plus facilement aujourd’hui pendant que nous investissons dans les recherches les plus prometteuses pour trouver des remèdes.

Quel que soit le cadeau que vous choisissez, s’il est choisi avec soin – il sera toujours le bon. Toute l’équipe de FRDJ vous souhaite, à vous et aux vôtres, un temps des Fêtes joyeux et paisible.

Cliquez ici pour télécharger votre carte de vœux en cadeau d’espoir à envoyer à l’être cher que vous honorez en cette saison des Fêtes.

Merci de soutenir FRDJ et la communauté DT1.

L’immunothérapie préserve la fonction des cellules bêta dans le diabète de type 1 nouvellement diagnostiqué

L’insuline, administrée par pompe ou par injection quotidienne multiple, reste le seul traitement disponible pour le diabète de type 1 (DT1). FRDJ vise à changer cela et à aller au-delà de l’insuline en accélérant le développement de médicaments qui préviennent, retardent ou inversent le DT1 en ciblant la réponse auto-immune, les cellules bêta ou les deux. Le soutien aux études qui explorent comment les médicaments peuvent préserver la fonction des cellules bêta est un élément clé de notre portefeuille de thérapies modificatrices de la maladie.

Dans le cadre d’un essai clinique financé par FRDJ et publié dans le réputé New England Journal of Medicine,* Thomas Kay, M.B.B.S., Helen Thomas, Ph.D., et d’autres chercheurs ont démontré que le baricitinib—une petite molécule qui bloque les Janus Kinase, essentielle pour signaler des voies au sein des cellules immunitaires et des cellules bêta dans le DT1—préservait la fonction des cellules bêta dans la maladie.*

L’étude BANDIT* a examiné l’utilisation du baricitinib, un traitement déjà approuvé par Santé Canada pour d’autres maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde, chez des personnes atteintes de DT1 nouvellement diagnostiquées. Cette étude financée par JDRF a été financée par JDRF et JDRF Australia et menée au St. Vincent’s Institute of Medical Research en Australie. L’étude a été réalisée après des années de recherche par Thomas Kay et d’autres chercheurs, ainsi qu’un travail important de FRDJ pour convaincre Eli Lilly de fournir le baricitinib pour l’étude.

Aperçu de l’étude

  • Les participants avaient entre 10 et 30 ans et ont commencé à prendre du baricitinib dans les 100 jours du diagnostic.
  • Les participants ont reçu soit du baricitinib, soit un placebo.
  • L’étude s’est déroulée sur 48 semaines, et les résultats ont été analysés à 12, 24, 36 et 48 semaines.
  • Le résultat principal était le peptide C moyen (une mesure de la quantité d’insuline encore produite par les cellules bêta d’une personne) après un repas standard à la semaine 48.
  • Les résultats secondaires étaient le taux d’HbA1c (taux de glycémie moyen sur une période de 2 à 3 mois), l’utilisation de l’insuline et les mesures prises par les systèmes de surveillance du glucose en continu (SGC).

Résultats

Chez 60 enfants et jeunes adultes nouvellement diagnostiqués, le baricitinib :

  • A préservé la production d’insuline, estimée par le peptide C
  • A amélioré la variabilité de la glycémie (les niveaux de glycémie sont plus stables) et le temps dans la cible (le pourcentage de votre journée dans les limites de vos objectifs de glycémie), grâce à l’utilisation d’un SGC.
  • A diminué le besoin d’insuline externe
  • A été bien toléré par les participants

L’effet du baricitinib a été obtenu en utilisant un seul comprimé oral quotidien, et c’est le premier essai d’immunothérapie à suggérer un bénéfice sur les mesures du SGC. (Le vérapamil, un comprimé à prendre une fois par jour, approuvé pour la gestion de la tension artérielle, a également préservé la fonction des cellules bêta, mais sans amélioration des mesures du SGC ou des besoins en insuline).

Quelle est la prochaine étape?

Actuellement, le baricitinib est approuvé pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde chez les adultes au Canada. Il ne s’agit cependant pas d’une thérapie approuvée par Santé Canada pour les personnes atteintes de DT1. FRDJ a de nombreuses nouvelles avenues de recherche pour s’assurer que ce médicament et d’autres médicaments modificateurs de la maladie parviennent aux mains des personnes atteintes de DT1. FRDJ explore plusieurs essais cliniques pour voir si le baricitinib peut être efficace s’il est utilisé en association avec d’autres traitements, comme le Tzield™ (teplizumab-mzwv) ou le vérapamil.

Qu’est-ce que cela signifie pour les personnes atteintes de DT1?

Ces résultats prometteurs montrent que ce médicament peut prolonger la période de lune de miel (la phase du développement précoce du diabète de type 1 au cours de laquelle l’organisme produit encore une partie de sa propre insuline), mais d’autres études sont nécessaires avant qu’il puisse être mis à la disposition de la communauté du DT1. Comme ce médicament est déjà approuvé au Canada pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR), le parcours vers son utilisation potentielle dans le traitement du DT1 pourrait être plus rapide. Les études qui explorent l’utilisation de médicaments modificateurs de la maladie, comme le baricitinib ou l’ustekinumab, dans un autre essai financé par FRDJ qui recrute actuellement au Canada, sont essentielles pour aider FRDJ à s’attaquer à l’auto-immunité à l’origine du DT1.

Ce traitement n’est pas encore disponible au Canada pour les personnes atteintes de DT1, mais FRDJ Canada communiquera d’autres mises à jour et résultats au fur et à mesure qu’ils seront disponibles.

(La vidéo n’est disponible qu’en anglais)

*uniquement disponible en anglais

L’ustékinumab, un médicament susceptible de modifier le diabète de type 1, entame les essais de la phase II au Canada

Un essai clinique financé par FRDJ examine si un médicament modificateur de la maladie (l’ustékinumab, prononcé ous-té-ki-nu-mab) actuellement utilisé pour traiter le psoriasis (maladie de la peau), la maladie de Crohn (maladie inflammatoire chronique de l’intestin) et d’autres maladies auto-immunes pourrait également agir sur le diabète de type 1.

Fabriqué par Janssen et vendu sous la marque de commerce Stelaramd, l’ustékinumab est un anticorps monoclonal qui inhibe deux molécules régulatrices du système immunitaire.

De nombreuses maladies auto-immunes ont des thérapies modificatrices de la maladie en ce sens qu’ils peuvent en ralentir, en arrêter ou en inverser la progression. Le DT1 demeure actuellement l’une des seules grandes maladies auto-immunes pour laquelle il n’existe pas de thérapie modificatrice sous licence.

Aperçu des essais cliniques

Les chercheurs examinent si l’inhibition simultanée de deux voies des cellules immunitaires — l’interleukine-17 et l’interféron gamma, dont on pense qu’elles sont à l’origine du DT1 — peut stopper la progression de la maladie ou la faire régresser chez les participants qui ont récemment reçu un diagnostic de diabète de DT1.

On espère que si le médicament peut bloquer les cellules immunitaires peu après l’apparition du diabète, toute cellule productrice d’insuline restante pourra être protégée et se régénérer. Si tel est le cas et dans un scénario idéal, les cellules bêta restantes produiraient assez d’insuline pour que les personnes atteintes de DT1 aient besoin d’une quantité moindre d’insuline externe pendant une période prolongée, voire n’en aient plus jamais besoin.

Comme l’utilisation du médicament est déjà approuvée au Canada, si les résultats des essais sont concluants, la transition à l’utilisation clinique serait non seulement possible, mais rapide.

Les essais de phase II/III se déroulent à BCDiabetes à Vancouver, sous la direction de Tom Elliott, MBBS, et sous la direction de Bruce Perkins, M.D., MPH, de l’Université de Toronto, tous deux au Canada. Au total, 60 personnes de 18 à 25 ans participent aux essais.

Un essai portant sur l’utilisation de l’ustékinumab chez des adolescents de 12 à 18 ans, dans les 100 jours qui suivent un diagnostic, est également en cours à divers endroits au Royaume-Uni.

Grâce à une subvention accordée par FRDJ à Megan Levings, Ph. D., du BC Children’s Hospital Research Institute, la chercheuse harmonisera les biomarqueurs de la réponse, tant dans les essais cliniques du Canada que ceux du Royaume-Uni, ce qui augmentera la taille de l’échantillon et permettra de déterminer plus rapidement s’il s’agit d’une thérapie efficace dans le cas du DT1.

Une étude pilote menée par Jan Dutz, M.D., qui dirige également l’étude de phase II/III, a montré que l’ustékinumab était sûr pour traiter les participants qui venaient de recevoir un diagnostic de DT1.

Pour en savoir plus sur d’autres essais cliniques, cliquez ici

Le Centre d’excellence de FRDJ à l’université de la Colombie-Britannique célèbre deux ans d’innovation dans la recherche de la guérison du diabète de type 1

Le 2 novembre 2023, le Centre d’excellence de FRDJ à l’université de la Colombie-Britannique (UBC) a tenu sa deuxième réunion annuelle pour examiner les progrès de la recherche, célébrer les avancées, réfléchir aux défis, planifier les prochaines étapes et échanger des connaissances sur l’expérience vécue du DT1 – tout cela dans le but d’accélérer le chemin vers la guérison du DT1 par le biais du programme de recherche du Centre.

La deuxième année du Centre d’excellence de FRDJ à l’UBC a été marquée par des progrès dans tous les domaines du programme de recherche sur le DT1, ainsi que par l’expansion de son programme de formation et la création d’un groupe consultatif sur l’expérience vécue du DT1.

« C’était merveilleux de se réunir et de célébrer une autre année de progrès importants dans les trois domaines thématiques des Centres d’excellence de FRDJ », a déclaré Jim Johnson, professeur de sciences cellulaires et physiologiques et de chirurgie à l’université de la Colombie-Britannique. « Je suis continuellement inspiré par le dévouement et l’intelligence de nos étudiants et de nos boursiers qui continuent à réaliser des percées. Nous sommes tous, à notre tour, inspirés par nos partenaires ayant une expérience vécue et nous les remercions de leur participation ».

Voici quelques points forts partagés lors de l’événement annuel :

Thème 1 : Fabriquer de meilleures cellules bêta pour la thérapie de remplacement des îlots de Langerhans, sous la direction du Dr Francis Lynn

L’équipe a mis au point de nouveaux outils qui permettent de tester des gènes spécifiques pour déterminer leur impact sur la fonction et la survie des cellules bêta. Grâce à ces tests, ils cherchent maintenant à identifier les gènes qui rendent les cellules bêta dérivées de cellules souches plus fortes et plus aptes à produire de l’insuline, et qui peuvent être utilisés à des fins de transplantation. L’équipe acquiert également de nouvelles connaissances sur l’importance d’inclure des cellules alpha dérivées de cellules souches dans les produits de remplacement des îlots de Langerhans en même temps que des cellules bêta dérivées de cellules souches. Dans les îlots sains, les cellules alpha libèrent l’hormone glucagon, qui aide à prévenir l’hypoglycémie.

Thème 2 : Protéger les cellules bêta productrices d’insuline des attaques immunitaires, sous la direction de la Dre Megan Levings

Au cours de l’année écoulée, l’équipe a réalisé des progrès considérables dans le développement de nouveaux produits immunomodulateurs pour la prévention et le traitement du DT1. Un produit candidat fait l’objet d’une étude en vue de sa protection par brevet. L’autre, une approche basée sur les nanoparticules lipidiques (LNP) étudiée en partenariat avec Integrated Nanotherapeutics, une entreprise dérivée de l’UBC, a montré que le traitement d’animaux prédisposés au DT1 empêchait la majorité d’entre eux de développer la maladie. Ensuite, l’équipe testera cette thérapie sur des animaux atteints de DT1 préexistant afin de déterminer si elle est susceptible d’inverser la maladie. 

Thème 3 : Cibler et surveiller le stress des cellules bêta, sous la direction du Dr Jim Johnson

L’équipe élargit notre compréhension de l’EIF2A, une protéine qui protège les cellules bêta de la mort. En utilisant une approche basée sur l’intelligence artificielle, l’équipe a cartographié les interactions entre l’EIF2A et d’autres protéines afin d’identifier les combinaisons de protéines susceptibles d’accroître la protection des cellules bêta. L’équipe a également découvert qu’une enzyme appelée PC1/3, impliquée dans le traitement de l’insuline à l’intérieur des cellules bêta, semble défectueuse chez les personnes atteintes de DT1. Cette découverte nous permet de mieux comprendre le dysfonctionnement des cellules bêta dans le DT1 et augmente les chances d’identifier de nouveaux indicateurs de la santé des cellules bêta, qui pourraient être utilisés pour surveiller les réponses individuelles aux traitements du DT1.

Essais cliniques

La Dre Meiying Zhuang, chercheure en endocrinologie de la transplantation à l’UBC, affilié au noyau clinique du Centre, a présenté les dernières données et les plans futurs pour les essais de remplacement des îlots de Langerhans qui se déroulent à Vancouver. Au fur et à mesure de l’avancement des travaux du Centre, le noyau clinique contribuera à faciliter le passage de la recherche exploratoire menée dans les thèmes 1 à 3 à l’essai clinique. Les perspectives de la Dre Zhuang sur l’application de la recherche du laboratoire au chevet du patient ont renforcé l’importance de l’opportunité unique de collaboration offerte par le Centre et ont suscité des discussions intéressantes parmi les participants.

Subventions de démarrage

Le Centre a également célébré le succès du concours de subventions de démarrage en donnant des nouvelles des premiers bénéficiaires et en annonçant les projets financés pour la deuxième année. Les subventions de démarrage permettent de financer des études pilotes visant à développer des idées novatrices conformes aux objectifs du Centre, et sont conçues pour élargir la portée du programme de recherche du Centre et intégrer de nouveaux chercheurs dans l’équipe de recherche collaborative.

La Dre Hongshen Ma (professeure de génie mécanique, UBC) a utilisé sa subvention de démarrage en 2022 pour collaborer avec le thème 1 afin de mettre au point un nouveau système permettant de mesurer la fonction des cellules bêta et la production d’insuline au niveau de la cellule unique. Ce nouvel outil permet aux équipes d’étudier et de comparer plus précisément la fonction des cellules bêta dérivées de cellules souches aux îlots de donneurs, ce qui permettra à l’équipe du thème 1 de développer des produits améliorés pour la thérapie de remplacement des îlots de donneurs. L’autre bénéficiaire d’une subvention de démarrage en 2022, le Dr Dan Luciani (professeur au BC Children’s Hospital Research Institute, UBC) utilise ces fonds pour explorer le potentiel d’une protéine appelée TFEB à protéger contre le DT1 dans un modèle animal.

En 2023, la Dre Jan Dutz et son équipe ont reçu une subvention de démarrage pour tester si une version modifiée du méthotrextate – un médicament utilisé depuis longtemps pour le traitement d’autres maladies immunitaires – pourrait s’avérer prometteuse pour le DT1. La deuxième subvention de démarrage de 2023 a été attribuée au Dr Marc Horwitz et son équipe pour étudier comment la relation complexe entre les virus et le microbiome intestinal peut influencer la susceptibilité au DT1, ce qui pourrait ouvrir de nouvelles voies pour la prévention ou le traitement du DT1.

Groupe consultatif sur l’expérience vécue

En 2023, le Centre a créé le DT1 Lived Experience Advisory Group (groupe consultatif sur l’expérience vécue du DT1), composé de personnes ayant une expérience vécue du DT1 et ne faisant pas partie des équipes de recherche. Le groupe consultatif intégrera les voix des personnes ayant vécu le DT1 au sein du Centre afin de garantir que leurs intérêts et leurs préoccupations soient entendus et traduits en objectifs de recherche et en activités de mobilisation des connaissances.

Le groupe consultatif et le comité des stagiaires du Centre ont organisé conjointement un atelier d’échange de connaissances lors de la réunion annuelle, qui a été l’un des points forts de l’année dernière et qui a eu le même impact au cours de la deuxième année. Les chercheurs et les stagiaires du Centre ont rencontré des personnes ayant une expérience vécue du DT1 pour partager leurs points de vue sur ce que signifie vivre avec le DT1, ce que signifierait une thérapie de guérison, et comment les chercheurs et la communauté du DT1 peuvent mieux travailler ensemble pour accélérer la recherche.

« Partager mon expérience du DT1 lors de la table ronde d’aujourd’hui a été très important pour moi », a déclaré Doug Bourne, membre du groupe consultatif sur l’expérience vécue du DT1 du Centre. « Je transmets sincèrement ma gratitude à tous ceux qui, par leurs efforts, leurs recherches et leurs contributions, contribuent à améliorer la vie des personnes atteintes de diabète, à la rendre plus simple et plus facile à gérer. Sans ce travail, nos vies seraient bien différentes. »

Former la prochaine génération de chercheurs sur le DT1

L’équipe du Centre d’excellence de FRDJ à l’UBC comprend plusieurs stagiaires exceptionnels, y compris des étudiants de premier cycle, des étudiants diplômés et des boursiers postdoctoraux. La nature collaborative du Centre offre aux stagiaires un environnement idéal pour se développer en tant que chercheurs, communicateurs et membres d’équipe prêts à devenir la prochaine génération d’experts.

Un comité des stagiaires a été créé au cours de la deuxième année afin d’organiser des événements et de développer des ateliers pertinents pour les stagiaires du Centre. Au cours de la deuxième année, les stagiaires ont participé à de nombreux ateliers et beaucoup se sont rendus dans le Michigan, aux États-Unis, pour un événement auquel participeront tous les stagiaires internationaux du Centre d’excellence de FRDJ en mai 2023. Lors de la deuxième réunion annuelle à Vancouver, les réalisations du comité des stagiaires ont été célébrées et couronnées par un concours de résumés graphiques. Au cours de cette séance, dix stagiaires des laboratoires du Centre ont présenté un résumé de trois minutes de leurs recherches à un auditoire profane avec une seule diapositive à l’appui, dans le cadre d’un concours jugé par des personnes ayant une expérience vécue du DT1, ainsi que par des chercheurs et des membres du personnel de FRDJ présents.

Au cours de la réunion annuelle, le Centre a également profité de l’occasion pour célébrer et accueillir la nouvelle récipiendaire de la bourse postdoctorale J. Andrew McKee, financée par FRDJ et le Réseau canadien de cellules souches : la Dre Sing-Young Chen. Apprenez-en davantage sur la Dre Chen sur notre blogue.

Perspectives d’avenir

Au fur et à mesure que le programme de recherche du Centre progresse, l’équipe s’attache à continuer d’élargir les possibilités de formation multidisciplinaire pour les stagiaires, à intégrer de nouvelles approches et de nouveaux projets innovants, et à tracer la voie vers la traduction clinique ou la commercialisation des différentes thérapies et technologies étudiées. Au cours de la troisième année, le noyau clinique du Centre deviendra plus actif, et l’engagement avec le groupe consultatif sur l’expérience vécue du diabète de type 1 guidera l’évolution du programme de recherche et les communications externes sur les progrès du Centre.

« C’était fantastique de partager des nouvelles sur les progrès réalisés lors de cette deuxième réunion annuelle : des découvertes faites, des étapes franchies, des résultats publiés, des stagiaires qui excellent, de nouvelles collaborations forgées », a déclaré Sarah Linklater, conseillère scientifique en chef de FRDJ Canada. « Mais ce qui est le plus passionnant, c’est la communauté qui se développe autour de cette initiative, et la façon dont cette recherche de pointe est de plus en plus liée à l’expérience vécue du DT1 et guidée par elle. C’est la voie à suivre. »

Les plans futurs du Centre sont axés sur l’objectif global d’amener de nouvelles thérapies de guérison au stade des essais cliniques. Pour en savoir plus sur le Centre, cliquez ici ou consultez la nouvelle page Web de l’UBC à jdrf.med.ubc.ca

Pour en savoir plus sur le soutien au Centre d’excellence, veuillez visiter : https://www.frdj.ca/participez/campagne-pour-accelerer/