Les faits sur le diabète de type 1

Bien que le diabète de type 1 (DT1) soit une maladie grave et difficile, les options de prise en charge à long terme continuent d’évoluer, permettant aux personnes atteintes de DT1 de mener une vie pleine et active.

Mieux comprendre le DT1

Le DT1 est une maladie auto-immune qui pousse le système immunitaire de l’organisme à détruire par erreur les cellules bêta du pancréas qui produisent l’insuline. Cela signifie que le pancréas cesse de produire de l’insuline, l’hormone qui contrôle le taux de sucre dans le sang (glycémie), et qu’il faut prendre de l’insuline exogène (par injection ou par pompe) pour le reste de la vie de cette personne. La cause de cette attaque fait encore l’objet de recherches, mais les scientifiques pensent qu’elle a des composantes génétiques et environnementales.

 

Qui est atteint de DT1?

Le diabète de type 1 peut être diagnostiqué à tout âge. Tout le monde peut être atteint du DT1 à n’importe quel âge, bien que l’âge d’apparition le plus courant dans la plupart des populations soit entre 10 et 14 ans. Il existe une composante génétique et les personnes ayant des antécédents familiaux sont donc plus susceptibles de contracter cette maladie. Le DT1 est souvent perçu comme ayant un début rapide – au moment où les symptômes commencent (soif excessive, urines fréquentes, fatigue, perte de poids, etc.), une grande partie de la destruction des cellules bêta s’est déjà produite et l’insuline exogène (par injection ou à l’aide d’une pompe) est immédiatement nécessaire.

 

La gestion du DT1

Le diabète de type 1 est une maladie qui dure 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et qui nécessite une prise en charge constante. Les personnes atteintes de DT1 équilibrent en permanence et avec soin la prise d’insuline avec l’alimentation, l’exercice physique et d’autres activités. Ils doivent également mesurer leur taux de sucre dans le sang par des piqûres au doigt ou en portant un lecteur de glycémie flash ou continu. Grâce aux progrès de la recherche et de la technologie, de nombreuses personnes dépendantes de l’insuline utilisent aujourd’hui des systèmes de pancréas artificiels (également connus sous le nom de systèmes hybrides en boucle fermée) pour s’administrer automatiquement leur insuline, et ces systèmes devraient devenir de plus en plus accessibles et abordables dans les années à venir.

Même avec un régime strict, les personnes atteintes de DT1 peuvent encore présenter une glycémie dangereusement élevée ou basse qui peut, dans des cas extrêmes, mettre leur vie en danger. Vivre avec un DT1 signifie s’impliquer activement dans la gestion quotidienne de la maladie.

 

L’insuline n’est pas un remède

Bien que l’insulinothérapie permette aux personnes atteintes de DT1 de rester en vie et de maintenir leur glycémie dans les limites recommandées, elle ne constitue pas un remède et n’empêche pas l’apparition des effets graves du DT1.

Les perspectives de traitement et de guérison

Bien que le DT1 soit une maladie grave et difficile, les options de gestion à long terme continuent d’évoluer, ce qui permet aux personnes atteintes de mener une vie pleine et active.

FRDJ mène la recherche afin d’atténuer l’impact du DT1 sur la vie des gens jusqu’à ce qu’un remède soit trouvé.

Faits et données

~300 000

Canadiens sont atteints de DT1. Au niveau national, le nombre de nouveaux cas augmente d’environ 4,4 % par an, ce qui est beaucoup plus élevé que la croissance de la population du Canada, qui est d’environ 1 % par an. À ce rythme, on s’attend à ce que 455 580 Canadiens vivent avec le DT1 d’ici 2040. 1

108 200

enfants (de moins de 15 ans) dans le monde développent le DT1 chaque année. 2

~71 %

des personnes atteintes de DT1 sont diagnostiquées à l’âge adulte.1

15 000 $

Une personne atteinte de diabète au Canada peut avoir à faire face à des coûts directs pour les médicaments et les fournitures pour le diabète pouvant s’élever jusqu’à 15 000 $ par année. 3

15 x

Les parents, les enfants et les frères et sœurs des personnes atteintes de DT1 ont un risque 15 fois plus élevé de développer la maladie que le reste de la population. 4

85%

des personnes diagnostiquées avec le DT1 n’ont pas de lien familial, malgré le risque accru de DT1 chez les parents au premier degré. 4

En hausse de 34 %

L’incidence (nombre de nouveaux cas par an) du DT1 a augmenté de 34 % entre 2000 et 2022.1

89%

des personnes vivant actuellement avec le DT1 au Canada sont des adultes. 1

300

En moyenne, une personne atteinte de DT1 doit prendre plus de 300 décisions par jour concernant sa consommation alimentaire, son activité et son insuline, simplement pour gérer sa glycémie.

42

Il y a 42 facteurs qui influencent la glycémie, il ne s’agit pas seulement de compter les glucides!

Références

  1. Type 1 Diabetes Index;:
  2. Fédération internationale du diabète, Atlas du diabète 2021, 10e édition.
  3. Casey, B. (2019.) Une stratégie de lutte contre le diabète au Canada : Rapport du Comité permanent de la santé. Canada : Chambre des communes
  4. Besser, REJ, Bell, KJ, Couper, JJ, et al. Lignes directrices de consensus pour la pratique clinique de l’ISPAD 2022 : Le diabète de type 1 chez les enfants et les adolescents. Pediatric Diabetes. 2022; 23(8): 1175-1187. doi:10.1111/pedi.13410